vendredi 5 août 2011

Nyctalope ! L'univers extravagant de Jean de la Hire


En France, il est un éditeur qui s'intéresse de près au patrimoine super-héroïque français : il s'agit de Rivière blanche. Que ce soit avec ses omnibus compilant des frenchy-comics des années 60 / 70 (et l'anthologie afférente qui va bien) ou avec les Compagnons de l'Ombre, les super-héros hexagonaux - qu'ils soient anciens comme Judex ou le Nyctalope ou modernes comme Homicron et Ozark - sont à l'honneur au sein de cette modeste maison d'édition et ne risquent donc pas de tomber dans l'oubli.

Toujours dans cette optique, Rivière blanche a donc récemment publié Nyctalope ! L'univers extravagant de Jean de la Hire : un essai d'Emmanuel Gorlier sur ce super-héros que d'aucuns considèrent (peut-être abusivement, mais n'entrons pas dans le débat) comme le premier d'entre tous, doté du pouvoir de percer les ténèbres et possédant un coeur artificiel.
Il s'agit d'un ouvrage fort passionnant car l'auteur tente de dresser un réel portrait de Léo Saint-Clair, dans le sens où il essaie de lui extrapoler une biographie à partir des nombreux romans (souvent incohérents entre eux) de Jean de la Hire. Cela ne peut se faire qu'au prix de contorsions frisant souvent le tirage de cheveux - mais ça fonctionne la plupart du temps.

Mais intéressons-nous au contenu de cet essai :
- Après une rapide introduction sur les motivations d'Emmanuel Gorlier et sa méthodologie, on trouve une biographie de Jean de la Hire. Un personnage assez fascinant, au destin peu banal et qui eut le mérite d'être l'un des fers de lance du merveilleux-scientifique théorisé par Maurice Renard.
- Une bibliographie des aventures du Nyctalope, accompagnée d'une galerie de couvertures d'époque. Un bon moyen de se rendre compte de la façon dont la littérature de science-fiction était éditée en ce temps-là.
- Un résumé critique des divers romans faisant intervenir le Nyctalope permet de mesurer à quel point Jean de la Hire n'hésitait pas à innover. Vols vers Mars, explorations de contrées exotiques, luttes contre des organisations criminelles internationales, voyages dans le temps et affrontement avec de véritables super-vilains ponctuent ainsi la carrière de ce justicier scientifique. Rien que la lecture des résumés de ces aventures fait rêver en nous prouvant que le pulp à la française - le roman-feuilleton - n'avait décidément rien à envier à son homologue anglo-saxon. Emmanuel Gorlier ne se prive d'ailleurs pas d'intégrer à son panorama les nouvelles des continuateurs de Jean de la Hire (notamment celles parues dans divers Compagnons de l'Ombre) ou des récits de l'auteur pouvant se placer dans une même continuité (le Corsaire sous-marin par exemple) - un univers partagé embryonnaire en somme.
- Le gros morceau de l'ouvrage : une biographie du Nyctalope, tentant d'assurer une cohérence entre tous les récits impliquant Léo Saint-Clair. Une vraie gageure, mais une réussite incontestable car Emmanuel Gorlier parait avoir beaucoup réfléchi à la question (pour preuve, la raison trouvée à l'existence d'un fils nommé Pierre dont l'âge semble à géométrie variable). Il est d'ailleurs assez amusant de constater que les romans du Nyctalope semblent réellement préfigurer les comics américains : on y trouve les mêmes soucis de cohérence interne et Jean de la Hire n'hésite pas à rebooter son personnage plusieurs fois pour résoudre les problèmes de continuité ! (ce qui ne veut pas dire que les artistes américains se sont consciemment inspirés de ce personnage ou de ses aventures, notez bien)
- Des fiches sur les divers personnages apparaissant dans les aventures de Léo Saint-Clair. Avec des détails sur les pouvoirs ou capacités, et un bref historique mettant en lumière leur rôle dans la saga.
- Quelques textes étudiant les entorses faites à l'histoire par Jean de la Hire (qui crée ainsi un univers comparable - toute proportion gardée - aux Marvel ou DC Universes) ou le rapport de celui-ci au genre super-héros (dont il est finalement l'un des précurseurs).
- Enfin, une longue nouvelle méconnue de Jean de la Hire (l'Enfant perdu) ainsi que des textes de Jean-Marc Lofficier, Emmanuel Gorlier et Roman Leary.

C'est donc un essai passionnant que nous offre là Rivière blanche, s'intéressant à un personnage majeur mais pourtant largement oublié du patrimoine de la culture populaire française. Le Nyctalope : l'un des premiers "super-héros" et en tout cas l'un de ceux dont la carrière s'étala sur une fort longue période (une bonne cinquantaine d'années), lui faisant vivre des aventures variées et épiques qui encore aujourd'hui étonnent par leur audace et leur inventivité. Un personnage qui refléta d'ailleurs en partie l'évolution de l'Histoire française, puisqu'il collabora durant l'Occupation allemande.... Un grand merci à Emmanuel Gorlier pour ce travail de fourmi, qui a du nécessiter des recherches méticuleuses - mais le résultat en valait la peine.
Comme de plus, l'éditeur en profite pour publier l'une des meilleures aventures du personnage (le Nyctalope contre Lucifer), vous n'avez aucune excuse pour ne pas découvrir notre Nyctalope national !

Pour les rôlistes parmi vous, cet ouvrage est également une précieuse inspiration.
Bien entendu, je pense en premier lieu à la Brigade chimérique - l'Encyclopédie et le Jeu, dont le Nyctalope est un personnage de premier plan. Bien que l'essai s'intéresse au vrai Léo Saint-Clair (alors que la BD de Serge Lehman en présente une version largement chimérisée), il y a de nombreux éléments à y glaner. Notamment grâce aux fiches des divers acteurs de la saga, super-vilains en tête : des PNJ à récupérer quasi tels quels pour les opposer aux personnages ! Les résumés des romans peuvent également donner des idées par dizaines à un meneur de jeu imaginatif.
Mais un personnage tel que le Nyctalope, traversant les cinquante premières années du vingtième siècle, peut apparaître dans les divers jeux couvrant cette période. Hollow Earth Expedition par exemple, ou bien une version pulp et musclée de l'Appel de Cthulhu.
Ses descendants (ou lui-même, si l'on considère que son coeur artificiel et ses pratiques ésotériques ont suffisamment prolongé sa vie) peuvent intervenir dans des jeux de super-héros modernes (la liste serait trop longue à énumérer ici) - et pourquoi pas un membre de la famille Santo Claro à Humanydyne ?

Bref comme on le voit, Nyctalope ! L'univers extravagant de Jean de la Hire est à même de séduire un large public - entre les amateurs de vieille science-fiction, les historiens du comic-book ou encore les rôlistes en recherche de matière pour leurs scénarios.
Espérons donc qu'il rencontrera le succès qu'il mérite !

7 commentaires:

  1. Si l'on en croit le Versins, il existe un autre personnage de Jean de la Hire apparenté au Nyctalope : le Kleptomorphe, Jean Saint Clair, cousin du précédent. Il n'apparaît que dans un seul roman et son pouvoir est de prendre l'apparence de n'importe qui.

    RépondreSupprimer
  2. S'il ne devait rester de la "Brigade chimérique" qu'un héritage -- hormis la bédé elle-même, qui est brillante -- c'est bien d'avoir remis en lumière cette littérature et ces héros oubliés.

    Tout ceci pour dire qu'il faut que je mette ce bouquin sur ma liste des ouvrages à acheter et à lire d'urgence.

    RépondreSupprimer
  3. Oui Fabien, le Kleptomorphe est évoqué dans cet ouvrage - et il fait un PNJ à reprendre directement, lui aussi !
    (par contre, Jean Saint-Clair est le père de Léo et non l'identité du Kleptomorphe)

    RépondreSupprimer
  4. Le gros défaut de cet éditeur est d'être introuvable à Genève. Grmbl.

    RépondreSupprimer
  5. Il est introuvable à peu près partout. Faut commander sur le site.

    RépondreSupprimer
  6. Juste par curiosité, y - a - t - il eu des adaptations cinématographiques du Nyctalope ?

    RépondreSupprimer